Mon défi – 6 mois pour écrire un livre – bilan semaines 3 et 4

meditation

Bonjour à tous,

Je n’ai pas eu le temps de publier le billet consacré à la troisième semaine. Je vais donc rassembler ici les semaines 3 et 4 de ce fameux défi consistant à écrire un livre. Dans les articles précédents consacrés à ce sujet, je vous parlais de mes préparatifs de départ et de mon arrivée à New York. Eh bien, ces dernières semaines furent également riches en rebondissements. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai eu le temps de publier qu’un seul article la semaine dernière.

Je devrais sérieusement songer à renommer ce blog ou à en créer un autre sur mes tribulations new-yorkaises. Il y a vraiment de la matière à rédiger là-dessus !

Par exemple, deux jours après mon arrivée sous la tempête de neige Stormzilla, je me suis retrouvé enfermé à l’extérieur de chez moi. La porte refusait de s’ouvrir ! J’ai appelé ma logeuse, qui au départ m’a pris pour un débile (me demandant si j’essayais bien d’ouvrir la bonne porte et si j’étais bien dans le bon immeuble), mais qui n’a rien pu y faire non plus lorsqu’elle a daigné se pointer sur le perron deux heures après mon appel. Elle a tenté de forcer la serrure aidée par un latino plutôt costaud, mais ce dernier n’a rien pu faire non plus.

Je vous passe les détails, mais il a fallu plus de huit heures pour que la solution soit trouvée.

Au final, le manager du building est venu, et s’est heurté aux mêmes difficultés que ses prédécesseurs. Il ne s’est pas démonté et a emprunté l’escalier de secours pour pénétrer à l’intérieur de l’appartement en passant par la fenêtre.

Malheureusement pour lui, la porte ne voulait pas céder non plus de l’intérieur ! Il a donc dû rebrousser chemin et, de guerre lasse, il a explosé la serrure.

Il en a remis une nouvelle, ce qui m’a coûté deux-cents dollars au passage (eh oui ! Apparemment, j’étais responsable de ce couac, car tout fonctionnait parfaitement avant mon arrivée ! Tu parles !).

La serrure, ma nouvelle phobie new-yorkaise!
La serrure, ma nouvelle phobie new-yorkaise!

Ce n’est qu’une anecdote parmi tant d’autres. Il se passe toujours quelque chose dans cette ville. Chaque jour est une découverte.

Cela dit, j’ai depuis changé d’appartement et j’ai investi celui qui deviendra ma demeure pour un moment. Il a bien entendu fallu que je le meuble de fond en comble, mais ça, c’est encore une tout autre histoire… Ah ! Ikea, quand tu nous tiens !

J’ai également commencé à prendre mes marques dans mon nouveau laboratoire.

Je commence à me dire que ce n’était peut-être pas le meilleur timing pour décider d’écrire un nouveau livre. Mais peu importe, j’ai dit que je le ferai, et je m’y tiendrai !

En attendant que celui-ci prenne vie, je suis pour l’instant dans l’optique de planifier l’écriture de ce roman comme je vous en parlais dans un article précédent. J’en suis donc à la phase la plus intéressante, mais aussi la plus dangereuse : l’accumulation des idées.

Elle est intéressante, car c’est le moment où l’on note tout et n’importe quoi, où l’on ne se bride pas et où on laisse macérer ses idées dans son subconscient, jusqu’au moment ou deux fils à priori sans lien apparent entrent en contact et boum ! L’étincelle qui va alimenter la flamme du récit va jaillir de nulle part !

Et la lumière fut!
Et la lumière fut!

Oui, c’est vraiment comme ça que je procède. Je réfléchis, je me nourris de films, de séries, de livres, de dialogues dans la rue, de faits divers, de situations improbables… Bref, de tout ce qui me tombe sous la main au quotidien.

Le risque, c’est de laisser cette phase confortable durer un peu trop longtemps et en définitive, de procrastiner au point de ne jamais se lancer dans l’écriture.

Il est bien de laisser l’esprit faire le tri et de le laisser vous ressortir la quintessence de toute la matière que vous lui aurez apportée. Mais gare à ne pas caler en route ! Au risque de ne plus pouvoir repartir…

L'imagination, source intarissable de l'écrivain!
L’imagination, source intarissable de l’écrivain!

Je vous dirai quelles idées sans rapport sont venues faire des étincelles dans mon esprit dans un prochain billet.

Et vous ? Où en êtes-vous ? Avez-vous déjà trouvé votre idée de roman ?

Comment procédez-vous pour faire jaillir vos idées ?

N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires et à partager cet article s’il vous a plu !

En vous souhaitant réussite et succès dans vos écrits,

Malik.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One Comments

Laisser un commentaire