Les éléments à soigner dans un récit

La dernière fois je vous avais donné des conseils pour écrire un bon roman. Cette semaine je continue, en vous apportant d’autres points clés à travailler afin de sublimer votre roman.

Les habitudes d’écriture sont essentielles. C’est un facteur important afin de réussir à aller au bout de son manuscrit. Trouver l’idée, la mettre en scène et rester cohérent tout au long du récit est tout aussi important. Cependant, de nombreux autres facteurs entrent en compte pour sublimer son récit et susciter l’intérêt à la fois des éditeurs et des lecteurs.

Dans ce billet, je vais vous donner plusieurs éléments sur lesquels il faut être attentif et vigilant lorsqu’on veut parfaire son manuscrit et lui donner une qualité professionnelle.

On va sans plus tarder entrer dans le vif du sujet avec le premier point. Ils sont tous interdépendants et l’ordre indiqué ne reflète pas spécialement une hiérarchie ou une importance croissante ni décroissante…

1.Trouver son propre style

Comme énoncé dans le billet précédent, il est bon de lire beaucoup afin de s’imprégner du style de divers auteurs, de voir comment les auteurs du genre dans lequel on écrit mènent leurs histoires et finalement, de s’imprégner de différents styles d’écriture à force de lire.

C’est excellent pour démarrer et faire ses armes. Cela dit, au bout d’un moment, il faut créer son propre style. Une pâte reconnaissable à la lecture. Il faut que l’on ressente que seul vous finalement puissiez être capable d’avoir écrit tel texte ou tel ouvrage. Une sorte de signature inconsciente qui transparaît à travers vos mots.

Le style n’est pas inné. Il vous faudra le travailler. Faire des essais, des tentatives plus ou moins fructueuses jusqu’à trouver votre voie. Essayez différents genres littéraires, tentez des figures de style qui vous sont propres, créez vos propres métaphores, faîtes parler vos personnages d’une voix peu commune. Décrivez votre univers de manière unique, de la manière qui vous ressemble et qui résonne au fond de vous.

Le style est important, crucial même, pour qui veut sortir des sentiers battus et ouvrir de nouveaux horizons littéraires.

2. Créez votre propre univers

Cela se rapproche fortement du premier point. Votre style contribuera à forger votre univers. L’univers a une connotation plus artistique dans le sens où celui-ci peut refléter votre monde intérieur. Il s’agit de votre vision. Quels sont vos thèmes de prédilection ? De quoi voulez-vous parler ? Que souhaitez-vous transmettre ? Comment se reflète le monde à travers vos yeux ?

Toutes ces questions trouveront des réponses à travers vos récits, vos personnages et leurs aventures. Au fil du temps, vous allez créer un univers qui vous est propre et qui, allié à votre style, vous rendront unique dans le monde littéraire.

3. Travaillez vos intrigues

Que voulez-vous raconter ? Comment allez-vous faire passer au mieux vos émotions et vos ressentis aux lecteurs ? Que voudriez-vous que ces derniers se disent après avoir lu la dernière page de votre ouvrage ? Souhaitez-vous intégrer une morale à votre histoire ? Il ne faut pas que celle-ci-soit évidente, mais elle doit transparaître en filigrane à travers votre récit. Soignez votre intrigue. L’intrigue principale, celle qui va être le fil conducteur de votre récit, mais également les intrigues secondaires et les péripéties (ou les rebondissements, si vous préférez). Les évènements ne doivent pas être trop prévisibles, pour ne pas ennuyer votre lecteur. Ne construisez pas de trame trop complexe non plus au risque de perdre votre lecteur en cours. Trouvez le bon équilibre. Le rythme aussi doit être bien calibré. Il vous faudra alterner habilement entre dialogues et descriptions et ne pas trop vous attarder sur des digressions inutiles. Et bien entendu, il vous faudra être cohérent tout au long de votre manuscrit. Aussi bien sur l’histoire que sur le comportement de vos personnages et leurs actions.

4. L’incipit

L’incipit est ce qui constitue l’entrée en matière de votre livre. C’est le commencement et ce qui va contribuer à faire entrer ou non le lecteur dans votre univers. Il est donc crucial et il essentiel de le peaufiner le plus possible. Un bon incipit va immerger le lecteur dans votre histoire et va lui donner envie d’en savoir plus et de vouloir tourner les pages pour connaître la suite de l’histoire.

Le problème dans un roman, c’est que souvent on a tendance à vouloir amener progressivement l’histoire. Si c’est trop lent, votre lecteur risque de s’ennuyer. Donnez-lui de quoi l’intriguer dès les premières lignes. Dès votre entrée en matière. Cela jouera en votre faveur. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’incipit, vous pouvez lire cet article.

 

5. Le découpage en chapitre

Crucial aussi. Donnez envie à votre lecteur de poursuivre sa lecture. Rendez-le addict à votre histoire. Pour cela, vous pouvez jouer sur le découpage de vos chapitres. Terminez vos chapitres par des cliffhangers. Coupez l’intrigue en plein milieu d’une scène, ou alors juste après une action cruciale dont on aimerait connaître l’issue. Vous pouvez également terminer ainsi et démarrer le chapitre suivant en vous focalisant sur un point complètement différent de votre intrigue. Ainsi, le lecteur devra poursuivre sa lecture encore un certain temps afin d’obtenir la réponse posée à la fin du chapitre précédent. Chez les Anglo-saxons, les livres qui adoptent cette structure ont été surnommés des « page turners ». A méditer !

6. Le plus important dans l’écriture

Tous ces points et ceux du billet précédent sont cruciaux pour optimiser un maximum son manuscrit et en faire un livre qui plaira à son public. Ces points ne seront jamais travaillés en vain. Plus vous y prêterez consciemment attention, mieux vous les gérerez.

Cela dit, même si vous comprenez l’importance de tous ces éléments, rien ne remplacera le point le plus crucial lorsqu’on aspire à devenir écrivain : il faut écrire !

Evident, vous me direz. Mais pas tant que ça en réalité. Si c’était à ce point évident, un tiers des français seraient actuellement des écrivains publiés. Or il n’en est rien. Seul un infime pourcentage parvient à la fin d’un manuscrit, sans même aller jusqu’à parler de publication.

Pourtant, le point crucial quand on veut écrire reste bien celui-ci : écrire.

Un mot à la fois. Une page à la fois. Les gens se découragent vite face à l’immensité du travail qui les attend lorsqu’ils souhaitent écrire un roman. Mais c’est comme pour tout.

Comme le dit souvent Frank Nicolas, un homme que je considère comme un mentor : un éléphant, ça se mange une bouchée à la fois. Il en va de même pour l’écriture : un livre, ça s’écrit un mot à la fois.

C’est tout pour cette semaine. Comme toujours, je vous souhaite réussite et succès dans tous vos écrits.

Malik Kahli.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire